DA CAPO pop baroque

ALEXANDRE PAUGAM chant, piano, guitare
CEDRIC SABATIER guitare, basse
LAURENT BERNARDI trompette / FLORENT VILLE batterie

Formé en 1995 par les frères Paugam (Nicolas et Alexandre), Da Capo sort en 1997 son premier album Minor Swing chez Lithium/Labels.

L’accueil de la presse spécialisée est excellent (Les Inrocks, Rock & Folk, etc.) et le groupe se produit dans des festivals comme Rock au Max à Clermont-Ferrand mais aussi en première partie de groupes anglais comme Supergrass au Café de la danse.

Après Minor Swing suivront The Fruit, Third, Out of Spain et début 2016 Da Capo enregistre son cinquième album, Oh, my lady  qui sort le 10 mars 2017 sur le label Microcultures (distribution Differ-Ant).

Le groupe français Da Capo en live dans le NRV !

En live : le groupe français Da Capo music pour leur nouvel et cinquième album “Oh, my lady” dans une atmosphère très mélancolique, produit chez Lithium, dans l’instant V de Valli

Publié par Le Nouveau Rendez-Vous – France Inter sur mardi 28 mars 2017

Sa pop intimiste et mélancolique déborde les frontières du genre en empruntant au jazz et aux musiques expérimentales à l’occasion de longues plages instrumentales et elle privilégie les tempos lents pour la voix en apesanteur, même si quelques exceptions (“I Feel In Love”, “Violent World”) témoignent des aptitudes à œuvrer dans une pop festive. 
— Rock & Folk n°596
Da Capo livre un cinquième album déchirant. Une alliance subtile entre pop fragile et verve romantiqueLes Inrocks, mars 2017
Da Capo joue placé dans toutes les catégories qui labellisent les groupes au sommet de l’exigence pop : richesse de l’écriture et des structures harmoniques, ingéniosité des arrangements, variété des textures, obsession maladive pour se renouveler sans se pervertir. (…)Oh, My God, encore un grand album de Da Capo. 
— Magic, mars 2017
Oh, My Lady est un disque de résistance, un disque du refus. Résistance au temps qui passe et refus de voir disparaître cette vision historique des musiques populaires. Ainsi, les fantômes de Bowie et Cohen, pour ne citer qu’eux, survolent ce disque diablement sombre et pourtant furieusement passionnant.
Indiemusic, mars 2017
Alexandre Paugam est sans conteste l’un des compositeurs les plus brillants, l’un des plus inspirés de sa génération. Sa liberté absolue, son lâcher prise rigoureux lui permettent d’élaborer des chansons bouleversantes, totalement habitées et incarnées, apaisées ou enflammées, rehaussées par des arrangements sophistiqués et une myriade d’instruments. On pense aux Nits, à Tuxedomoon, aux Walkmen.
Indiepoprock, mars 2017
Da Capo, le projet français de pop rare et somptueuse en mode baroque est de retour avec le splendide Oh My Lady.
Benzine, mars 2017
La pop baroque de Da Capo n’est pas sans rappeler celle des suisses de Puts Marie. Le même génie à s’entourer d’un monde étrange aux mélopées dangereusement addictives.
Rock Made In France, février 2017
Oh My Lady, le cinquième album de Da Capo développe une débauche d’idées à faire pâlir bien des songwriters. La pop baroque tient ses nouveaux héros.
MusikPlease, février 2017
Avec Oh, my lady, nouvel essai dont la haute tenue musicale et mélodique percute des élans plus fiévreux, le groupe continue à convaincre et évoluer, dans la continuité de son travail d’orfèvre en matière de trames pop-rock/folk aux humeurs variables.
— Muzzart, février 2017